A Béziers et à Nîmes, le débat de la corrida s’invite aux municipales

Alors que les municipales se tiennent les 15 et 22 mars, certains partis animalistes et associations questionnent la pratique de la corrida dans les communes du Sud. A Nîmes ou à Béziers particulièrement, la tauromachie est au cœur des débats. 

« A Nîmes, c’est la première fois depuis au moins vingt-cinq ans que l’on parle de corrida au cours d’une campagne municipale », se félicite Claire Staronzinski, présidente de l’Alliance anti-corrida. Avec son association, elle a sondé les candidats aux mairies de villes taurines. Parmi les 124 interrogés, 113 ont été jugés favorable aux corridas.

A Nîmes, la tête de liste du parti animaliste, Stéphane Gilli, est le seul à se positionner contre la corrida et cela le démarque des autres : « On ne me parle que de corrida : les autres sujets que nous abordons dans cette campagne ne font pas débat… »

https://www.instagram.com/p/B9SHCtCqfwq/?utm_source=ig_web_copy_link

A Béziers, l’association contre la corrida, Le Colbac, s’active depuis plusieurs semaines. Ses membres ont organisé deux manifestations, à quelques jours d’intervalle, devant la mairie. Ils réclament la tenue d’un référendum, pour que les Biterrois se prononcent pour ou contre l’organisation de corridas.

Parmi les six candidats aux municipales, quatre sont favorables à ce référendum : Antoine About (LR), Nicolas Cossange (PCF/PS/PRG), Claire Dotto (liste citoyenne) et Thierry Antoine (EELV/LFI). Ce dernier est le seul à avoir dénoncé la cruauté des corridas en signant le manifeste de la Flac (Fédération des luttes pour l’abolition des corridas).

Les Français majoritairement opposés à la corrida

Même si le maire n’est pas celui qui met en place les corridas, il a le pouvoir de prendre un arrêté pour les interdire. L’actuel maire de Béziers, Robert Ménard (RN), n’a pas pris cette décision, par respect des traditions : « ça ne me viendrait jamais à l’idée de l’interdire » a-t-il déclaré à France Bleu Hérault.

Pourtant, selon un sondage Ifop commandé en janvier 2020 par 30 Millions d’amis, les trois quarts des Français sont pour l’interdiction des corridas.

Caroline Frühauf