Affaire de la sextape : 230 000 euros saisis sur le compte de Benzema

Le vendredi 21 janvier, 230 000 euros ont été saisis sur le compte en banque de l’international français Karim Benzema. Résultant d’une condamnation dans l’affaire de la sextape, la défense du footballeur avait demandé de placer cette somme sous séquestre en attendant le procès en appel.

Le 24 novembre 2021, le tribunal de Versailles avait condamné Karim Benzema à payer à Mathieu Valbuena 230 000 euros concernant l’affaire de la sextape. La somme a été prélevée vendredi dernier sur le compte de l’attaquant du Real Madrid, a appris l’AFP jeudi auprès d’une source proche du dossier.

Il avait également été condamné à un an de prison avec sursis et 75 000 euros d’amende pour complicité de tentative de chantage contre son ancien coéquipier en équipe de France. En outre, l’attaquant star du Real Madrid et des Bleus, a été condamné à rembourser 80 000 euros de frais de justice à la partie civile. Karim Benzema et son avocat Antoine Vey ont fait appel de cette condamnation.

Un paiement à l’amiable qui n’est “jamais arrivé”

Comme il ne payait pas les 230 000 euros demandés par Mathieu Valbuena au titre de l’action civile, la défense de ce dernier a fait saisir via un huissier cette somme sur un compte bancaire français de Karim Benzema vendredi 21 janvier. “Ce sont des suites logiques de la décision de paiement immédiat. Nous avons demandé un paiement à l’amiable qui n’est jamais arrivé, nous sommes donc passés à l’étape supérieure”, a réagi auprès de l’AFP Me Paul-Albert Iweins, conseil de Mathieu Valbuena.

Cela a provoqué un blocage partiel de ce compte, a précisé une source proche du dossier. La défense de Karim Benzema avait demandé de placer cette somme de 230 000 euros sous séquestre en attendant le procès en appel. 

Dans son jugement, le président de la 7e chambre du tribunal correctionnel de Versailles avait estimé que Karim Benzema, qui était absent des débats, s’était “personnellement impliqué, au prix de subterfuges et de mensonges, pour convaincre son coéquipier de se soumettre au chantage”.