L’acquisition d’Hachette sous la coupe de Bolloré est “clairement un problème politique”, selon Françoise Nyssen

L’ancienne ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a dénoncé, vendredi 11 février, l’ambition de Vincent Bolloré d’acquérir la maison d’édition Hachette Livre.

Dans un entretien avec Franceinfo Culture, l’ancienne ministre de la Culture et éditrice Françoise Nyssen s’est exprimé sur les ambitions du milliardaire Vincent Bolloré d’acquérir le numéro de l’édition en France, Hachette Livre. “On entend bien cette volonté d’intervenir sur la diffusion du savoir, des idées, des récits, […] c’est clairement un problème politique”, a-t-elle estimé.

Le géant des médias Vivendi, contrôlé par Vincent Bolloré et sa famille mais aussi maison mère d’Editis (numéro dans l’édition en France), doit monter à 45 % du capital du groupe Lagardère qui détient Hachette Livre. Vivendi veut ainsi lancer une offre publique d’acquisition sur le solde des actions pour devenir actionnaire majoritaire.

Si les règles européennes de la concurrence ne permettront vraisemblablement pas à Vivendi de conserver les deux groupes en l’état, ses projets afin d’éviter une position dominante ne sont pas connus.

D’après Françoise Nyssen, fondatrice des éditions Actes Sud, “c’est une possibilité de capter l’ensemble de l’édition et de concentrer dans les mains d’une seule personne tous les tenants et aboutissants de la chaîne du livre”. L’ancienne ministre poursuit en prenant l’exemple du candidat à la présidentielle Eric Zemmour : « Quand Albin Michel a décidé de ne plus [l’]éditer, il a été accueilli par Editis… C’est aussi comme ça que l’on peut diffuser de façon massive, et soutenir un courant d’idées unique, qui est celui que nous connaissons”, a-t-elle prévenu.