Le point sur la situation vaccinale en France

Jean Castex et le gouvernement ont tenu jeudi 4 février une conférence de presse, l’occasion de revenir sur la stratégie vaccinale en France.

Lors de la conférence de presse du jeudi 4 février, Jean Castex a annoncé 1,7 millions de nouveaux rendez-vous pour recevoir des premières injections de vaccin. Parmi eux, 500 000 créneaux seront disponibles dès ce vendredi. Le Premier ministre affiche son intension : “nous pourrons atteindre l’objectif de 4 millions de personnes ayant reçu leur première injection d’ici la fin du mois de février.”

Depuis le début de la vaccination, 1 956 000 doses ont déjà été injectée. Dans le détail, 1 766 818 sont des premières doses et 189 159 sont des deuxièmes injections.

Une dose suffit ?

Plusieurs scientifiques considèrent qu’à une dose, le vaccin est déjà efficace. Pour le vaccin de Pfizer par exemple, à une dose le vaccin est efficace à 52% contre 92% dès la deuxième dose.

L’objectif ? plutôt que de donner la deuxième dose à peu de personnes, on fait le choix de vacciner le plus grand nombre avec une seule dose. C’est la raison pour laquelle le délais d’injection entre deux doses varie d’un pays à l’autre. En France, il faut attendre trois semaines. 

Parmi les vaccins injectés, on retrouve celui de Pfizer, Moderna et AstraZenaka.

Les deux premiers fonctionnent par le principe d’ARN messager et leur efficacité est d’environ 94%. Mais pour ne pas perdre ses propriétés, ils doivent être transportés dans des conditions complexes, à -70°C et -20°C.

Le vaccin d’astra Zeneka, lui a un état de conservation plus adapté : 5°C. Mais son efficacité reste incertaine sur les patients de plus de 65 ans.

Trois autres vaccins sont en cours de recherche mais n’ont, pour l’heure, pas abouti. Il s’agit de celui de Sanofi, Janssen J&J et CureVac.

Manon Modicom