Mali : un responsable de la junte conseille à la ministre des Armées de se taire

Mardi 25 janvier, la ministre des Armées, Florence Parly, avait accusé la junte malienne de multiplier “les provocations”. Le colonel Abdoulaye Maïga, ministre et porte-parole du gouvernement dit “de transition”, a réagit hier soir. Il estime que la ministre française cherche à diviser les Maliens.

Un haut responsable de la junte malienne a donné pour “conseil” de se taire à la ministre française des Armées Florence Parly après ses accusations de “provocations” à l’encontre des dirigeants de Bamako mardi 25 janvier. Le colonel Abdoulaye Maïga, ministre et porte-parole du gouvernement dit de transition, s’est livré mercredi soir à une charge virulente contre Mme Parly et la France, accusée de chercher à diviser les Maliens, “d’instrumentaliser” les organisations sous-régionales et de conserver ses “réflexes coloniaux”.

“Nous invitons également Mme Parly à plus de retenue et également à respecter le principe élémentaire de non-ingérence dans les affaires intérieures d’un Etat”, a dit le colonel Maïga. “Nous l’invitons également, c’est un conseil, à faire sienne cette phrase d’Alfred de Vigny sur la grandeur du silence”, a-t-il ajouté.

La détérioration des relations franco-malienne s’est accélérée depuis que les militaires arrivés au pouvoir à la faveur d’un putsch en août 2020. Ils ont révoqué leur engagement initial à organiser en février 2022 des élections qui auraient ramené les civils à la tête du pays. L’organisation des Etats ouest-africains Cédéao a infligé le 9 janvier de sévères sanctions au Mali.

Groupe 1